Mission Sénégal

La Chaire UNESCO SIMEV dans les pays du Sud : Un exemple de réalisation au Sénégal

 

En 2007, l'Ecole d'Eté co-organisée, du 6 au 9 Juin 2007, par l'Université de Dakar et la Chaire UNESCO SIMEV a vu la participation de 12 pays, 29 industriels, 58 universitaires et 6 ONG. Le thème était ″Eau et Santé – Apport des technologies à membranes″.
Cette Ecole était placée sous le patronage de l'UNESCO, des Commissions Nationales Française et Sénégalaise, de l'Académie des Sciences de Paris et de l'Académie des Technologies de Paris.
C'est au cours de ces journées qu'était discuté le problème du forage (300 m de profondeur) situé à Ndiaffate, qui fournit aux villages voisins des eaux affichant des taux de fluor et de sel excessifs, constituant une réelle menace pour la santé : fragilisation des os, déformation du squelette...
Un exemple concret d'application sur le terrain de la technologie à membrane en un lieu privilégié se présentait ; il montrait la pertinence de cette Ecole.

 

Septembre 2007 : 100 litres d'eau du forage de Ndiaffate sont envoyés au laboratoire d'essai de la Société Pall – France.

Les tests montrent que la technologie par membranes de nanofiltration (NF) est tout à fait adaptée. Facilité par la Chaire UNESCO SIMEV (via le CNRS et l'AIRD), construit en France par les Sociétés Pall et Ponticelli, un pilote de NF arrive à Ndiaffate le 20 Juin 2009.

Sur le terrain, le suivi scientifique est assuré par le Pr. Courfia Diawara de l'Université de Dakar et son doctorant Diop Saidou. La Chaire UNESCO SIMEV a aidé à l'acquisition d'un spectrophotomètre avec accessoires pour effectuer les dosages nécessaires pour le contrôle (fluor et sel) de l'eau avec un kit d'analyse de terrain.

Après des essais d'optimisation du pilote, les expériences sont couronnées de succès ; les résultats sont meilleurs que ceux obtenus au laboratoire : les taux de fluor et de sel sont au-dessous des normes OMS, le goût de l'eau est des plus agréable.

Par ailleurs, la chaire a facilité l'accueil de l'étudiant pour un séjour scientifique à l'Institut Européen des Membres Montpellier pour caractériser au mieux les membranes et approfondir les techniques d'analyse.

          

Senegal Ndiaffate2 

 

Mars 2010 : Les études sur les pilotes sont terminées, le projet avance...

Trois ans après la réalisation de l'Ecole d'Eté à Dakar (Juin 2007), durant l'année 2010, une unité industrielle avec alimentation électrique par énergie photovoltaïque est construite. Elle fournit de l'eau (5000 l/j), de très bonne qualité à 8 villages, soit prés de 2800 personnes. Une deuxième unité va la rejoindre en 2011.

Diop Saidou a suivi le projet sur le terrain et grâce à sa compétence et ses grandes qualités, il a fait que le projet réussisse. Il a soutenu une thèse de doctorat en Novembre 2010 sur la pertinence de la NF pour le traitement des eaux trop fluorées.

Après 2 stages de 6 mois (1 pendant la thèse et 1 post thèse) à l'IEM Montpellier, 3 publications ont été issue dans les revues internationales.

Ce projet est une vitrine pour l'Afrique de l'Ouest et les pays voisins. Au Niger et au Mali des essais sont en cours, avec la même procédure qu'au Sénégal : collaboration étroite entre une équipe scientifique sur place, la Chaire UNESCO SIMEV et un industriel.

                                                          

Avril 2012 Grandes lignes du projet

Installation de 2 stations de NF à membrane fonctionnant à l'énergie solaire branchées sur la conduite d'eau brute du forage. Chacune alimente un réservoir qui désert par gravité un réseau de 6 bornes fontaines spécifiques.

 

20 Octobre 2012 : Inauguration officielle du site du Ndiaffate

L'ensemble est en marche et fournit 10m3/j d'eau potable à partir de 2 installations du NF reliées chacune à 6 bornes fontaines